15 juillet 2021

Le Tombeau de Saqqarah de Pauline Gedge

Le tombeau de Saqqarah est une fresque historique se situant dans l’Égypte ancienne, au temps du grand Ramsès II. L’intrigue mélange magie, ésotérisme et histoire d’amour autour de l’histoire d’une quête d’un savoir ancestral qui aurait été rédigé par la main du Dieu Thot lui-même.

Genre : Récit historique, roman d’amour, ésotérismeLe Tombeau de Saqqarah - Pauline Gedge

Éditions : Le Livre de Poche – 1990

Pitch de Le Tombeau de Saqqarrah

Kâemouaset, prince de sang royal, se passionne plus pour la découverte de sépultures anciennes que pour les affaires du royaume. Il souhaite découvrir le papyrus de Thot qui lui livrerait le secret de la mort et de la renaissance. Une tombe sur le plateau de Saqqarah pourrait bien recéler ce qu’il cherche. Un papyrus est attaché à la momie. Kâemouaset le détache et l’emmène chez lui pour le déchiffrer. Mais celui-ci est rédigé en égyptien ancien et il n’en comprend pas le sens. A-t-il enfin trouvé ce qu’il cherchait ?

Les personnages de Le tombeau de Saqqarah

Kâemouaset

Kâemouaset est le quatrième fils du Pharaon Ramsès. À la fois prêtre, grand érudit versé dans l’écriture, il effectue également des pratiques magiques tout en exerçant la médecine, plus par passion que par réel besoin ou vocation. Peu intéressé par les affaires du royaume, il poursuit une vie de pilleur de tombes à la recherche d’un rouleau écrit de la main de Thot qui lui livrerait les secrets de la naissance et de la résurrection. Il vit à Memphis, petite ville paisible, éloignée de la cour et de l’agitation de Thèbes, la capitale. Sa femme Noubnofret et ses deux enfants : son fils Hori de dix-neuf ans et sa fille, la princesse Sheritra partagent sa demeure ainsi que quelques concubines, scribes et serviteurs de toutes sortes.

Mais sa petite vie routinière va bientôt se retrouve bouleversée par l’apparition d’une femme qui l’intrigue et dont il va tomber follement amoureux. Il fera tout pour épouser Tbouboui comme deuxième concubine, et finira par délaisser sa femme, ses enfants et sa charge royale au profit de cette dernière.

Noubnofret

Marié très jeune à Kâemouaset d’un mariage arrangé, elle se soumet à sa fonction et assume la tâche de maîtresse de maison avec courage et fermeté. Mais elle va avoir du mal à accepter la venue de Tbouboui dont son mari s’est entiché.

Hori

Beau jeune homme de dix-neuf ans, Hori tombe amoureux de la même femme que son père. Il ne peut évidemment révéler son amour au grand jour, à son grand désarroi, et pour son plus grand malheur.

Tbouboui

Bien que d’origine noble, Tbouboui marche pieds nus sur les bords du fleuve habillé d’un vieux fourreau démodé. Elle habite avec son frère dans une étrange demeure aux limites de la ville et du désert. Elle finit par charmer aussi bien Kâemouaset que son fils Hôri. Tant et si bien qu’elle détruit entièrement l’harmonie de cette famille princière.

Résumé de Le Tombeau de Saqqarah

Le passage du premier seuil

Accompagné de son fils Hori, le prince royal agit comme un pilleur de tombe en violant les sépultures de la nécropole de Saqqarah. Motivé non par l’appât du gain et la découverte d’objets précieux, il est à la recherche du « rouleau de Thot » prétendument écrit de la main même du Dieu, et censé révéler les secrets de la naissance et de la résurrection. La dernière tombes qu’ils viennent d’ouvrir est d’ailleurs tout à fait particulière, à bien des égards. Les sarcophages n’enferment pas les corps, comme il est d’usage. Et les motifs de décoration recèlent une omniprésence de tout ce qui concerne l’eau. Autre particularité, la momie tient un rouleau dans la main droite, cousu sur les bandelettes. Kâemouaset, aidé de son fils Hori, détache le papyrus et l’emmène chez lui pour tenter de le déchiffrer.

Mais il reconnaît les caractères qu’il arrive à lire, sans en comprendre le sens, les prononçant cependant à mi-voix.

La femme tentatrice

En emmenant sa fille dans le quartier marchand, Kâemouaset repère une femme dans une tenue démodée qui marche pied nu au milieu de toute cette foule. Il n’a de cesse de la revoir, et mandate tous ces serviteurs à sa recherche.

Kâemouaset finit par découvrir que c’est une femme d’origine noble qui vit dans une maison isolée le long du fleuve, avec son frère et son fils.

Toute la suite de l’histoire raconte comment Kâemouaset va devenir fou amoureux de cette femme, au point de la faire accepter comme deuxième concubine, et délaisser sa première femme et ses enfants. Ce qui n’a rien à voir avec le résumé de l’histoire, tel que je l’ai présenté, mais aussi tel qu’il l’est en 4e de couverture.

Cette histoire d’adultère, qui ressemble plus à un vaudeville, si ce n’était la qualité royale des personnages, se poursuit jusqu’au dénouement final qui intervient dans les dernières pages, mais que je ne révélerai pas ici.

L’intrigue et le style de Le tombeau de Saqqarah

Le style est très descriptif. De longs paragraphes détaillent de manières précise les décors et les actions des différents protagonistes. Les dialogues sont plus rares.

L’intrigue savamment construite, reste cependant déroutante. Tout d’abord, elle met longtemps à démarrer. Les premiers chapitres exposent la vie quotidienne dans l’Égypte ancienne, et la visite de Kâemouaset à son père Ramsès au palais royal de Thèbes. La découverte de la tombe contenant le précieux papyrus n’intervient qu’aux environs de la page 80 et fait doublon avec le premier chapitre qui décrit déjà le même genre de scène. Alors que c’est cette découverte du papyrus dans la sépulture qui lance réellement l’intrigue.

Puis toute la suite de l’histoire se concentre presque uniquement sur l’histoire d’amour et la folle passion entre le prince Kâemouaset et Tbouboui. Au point que l’on finit par croire que l’on s’est trompé d’histoire. Car les réactions et la psychologie des personnages nous les rendent particulièrement familiers et attachants. Mais à l’opposée de cette histoire de magie et de maléfices à laquelle on croyait s’attendre. Il faut donc attendre le dénouement final pour comprendre comme le lien entre les deux narrations.

Que penser de Le tombeau de Saqqarah ?

L’histoire met trop longtemps à démarrer, et surtout, mais c’est une opinion toute personnelle, les très longues descriptions qui certes permettent de planter le décor dans cette Égypte ancienne, ne font pas assez avancer l’intrigue et finissent par être lassantes. D’autant que bien que nourris et documentés, il ne nous apprennent que très peu sur les mœurs et les habitudes de l’époque.

Le roman ne correspond pas au résumé qui en est fait sur la 4e de couverture. Le mélange des genres, s’il est parfaitement justifié et maîtrisé en terme narratifs, déroute plus le lecteur qu’il ne le guide.

Alors, avez-vous deviné qui est réellement Tbouboui, cette femme mystérieuse qui va faire basculer la vie du prince Kâemouaset ?

Ce contenu vous a plu : faites le savoir à vos amis !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire